text.skipToContent text.skipToNavigation
Livraison gratuite pour commandes supérieures à € 29.99
Cellularline_Sport_Banner_Home.png
Les sports qui allongent l'espérance de vie

7 Maggio 2019

Il améliore la tension, c'est une panacée pour le cœur, il régule les niveaux de sucre dans le sang. Faire du sport, au niveau professionnel ou amateur, est bon pour la santé psychophysique. Mais les activités sportives n'apportent pas toutes les mêmes bénéfices. D'après une étude récente, tennis, activité aérobie et natation sont les sports qui réduisent le plus la mortalité. Voici pourquoi.

La recherche

Une recherche menée par l'UKK Institute de Tampere, en Finlande, et publiée sur le British Journal of Sports Medicine révèle les activités sportives qui allongent l'espérance de vie. Les chercheurs ont analysé les habitudes de 80 306 personnes en Angleterre et en Écosse entre 1994 et 2008, constatant que ceux qui ont fait du tennis, de la natation et des activités aérobies pendant plusieurs années présentent un taux de mortalité plus faible, avec presque 50% de probabilité en moins de mourir de maladies cardiovasculaires que les personnes qui ne font pas de sport. « De nombreuses preuves montrent que l'activité physique est bonne pour notre santé. Mais l'Organisation Mondiale de la Santé conseille une activité physique générique, sans spécifications », explique un des auteurs de l'étude. C'est pourquoi l'équipe de chercheurs a décidé d'inclure des hommes et des femmes d'un âge moyen de 52 ans ; une fois les neuf ans écoulés, les chercheurs ont enregistré le nombre de décès intervenus au sein de l'échantillon analysé : 8 790 morts, dont 1 909 décédés pour des maladies cardiaques et parmi eux se démarquait un pourcentage élevé de sédentaires. 
 

Cellularline_Sport_Banner_Articolo.jpg

Le sport qui allonge l'espérance de vie

L'équipe de l'UKK Institute a comparé les taux de mortalité entre les participants actifs et non actifs, découvrant qu'une activité physique quelconque a une influence sur la longévité de la personne, réduisant le risque de mortalité jusqu'à 28%. L'étude a isolé trois sports qui se sont avérés particulièrement bénéfiques : ceux qui ont joué au tennis régulièrement ont connu un risque de mortalité inférieur de 47%, surtout lié à la survenue de maladies cardiaques, par rapport aux personnes sédentaires. Le pourcentage descend à 28% pour les nageurs et à 27% pour ceux qui ont effectué une activité aérobie continue.  
 

Cellularline_Sport_Nuoto_Articolo.jpg

Et la course à pied ?

De façon surprenante, les coureurs n'ont pas présenté une baisse drastique du risque de mortalité pendant l'étude (seulement 13%), mais le docteur Pekka Oja, qui fait partie des auteurs de la recherche, affirme que cela peut s'expliquer par le fait que la plupart des coureurs examinés étaient plus jeunes que ceux qui faisaient d'autres sports. Pour obtenir un résultat véridique, il pourrait donc être nécessaire de suivre l'évolution de leur santé sur une longue période et d'évaluer de cette façon les taux de mortalité de façon plus fiable. Le cyclisme ne doit pas lui non plus être sous-estimé, étant donné qu'il réduirait de 10% la mortalité des personnes qui en font. Même si, d'après les experts, il ne réduit pas le risque de maladies cardiaques. 

 

Cellularline_Sport_Corsa_Home.jpg

100 minutes par semaine

Mais combien de sport faut-il faire habituellement pour bénéficier d'améliorations significatives en matière de longévité et de qualité de vie ? L'OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, recommande au moins 150 minutes d’activité physique par semaine pour les adultes et 60 minutes par jour pour les enfants et les jeunes. 
D'après les experts de l’International Congress Science in Nutrition, une nouvelle indication arrive : 100 minutes par semaine suffisent. La période d'entraînement devrait être divisée en sections : trois séances d'activité aérobie (une de 40 minutes le week-end et deux d'une demi-heure en semaine) auxquelles ajouter une séance d'exercices au sol pour stimuler les muscles et la mobilité articulaire. Les 100 minutes d'entraînement hebdomadaires doivent être associées à une alimentation hypocalorique et à des techniques antistress.  
 

Cellularline_Sport_Banner_Home.jpg